Mission Cap Cétacé de WWF France, Sanctuaire Pelagos, Mer Méditerranée.

La mer Méditerranée, malgré sa relative petite taille (0,8% de la surface des océans), offre une concentration unique de grands cétacés. Parmi eux le rorqual commun, classé comme espèce « vulnérable », le cachalot ou encore ici, le globicéphale. Sur cette photographie, j’ai saisi un instant de vie des globicéphales noirs.

Leur population est estimée de 3 000 à 10 000 individus en Méditerranée (estimation large). Les globicéphales peuvent mesurer jusqu’à 6m pour un poids de 3 tonnes, ce qui en fait le plus gros des delphinidés. Extrêmement sociaux, ces grands mammifères marins vivent en tribus, atteignant parfois jusqu’à plus de 100 individus ! Ces liens puissants sont malheureusement à l’origine de ces échouages spectaculaires que l’on peut voir parfois sur les côtes australiennes ou encore sur notre côte Atlantique. Ils sont très présents en été en Méditerranée, et il n’est pas rare d’en voir jouer à la proue des voiliers, battant des records de vitesse avant de retourner à leur activités de chasse, de socialisation ou simplement de sieste !

En 1999, face aux dangers qui menacent ces mammifères depuis plusieurs décennies (pollutions, bruits, captures et blessures accidentelles causée par l’Homme) l’Italie, la France et la principauté de Monaco se mettent d’accord pour créer une aire marine vouée à la protection des grands cétacés : le sanctuaire Pelagos.  Cette région de la Méditerranée n’est pas choisie au hasard ; ce sanctuaire est le repère d’une biodiversité incroyable et d’une étonnante concentration de grands mammifères. Le WWF, présent depuis la création du sanctuaire Pelagos, a ainsi mis en place des programmes d’études, comme les missions Cap Cétacés. Toutes ces opérations leur permettent de mieux comprendre les comportements de ces mammifères géant et les menaces qui pèsent sur leurs populations déjà fragiles.

J’ai eu la chance de participer à plusieurs de ces missions, en tant que témoin de l’évolution de notre Ocean et du travail que réalise ces équipes de scientifiques.